...........................

adieu windows, .......... ce site est réalisé avec

et joomla

 

 
Visites : 222456
Votre nouvelle SACOCHE

 

La Sacoche

 

Lisez _


 

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

n°95 - mars / avril 2021

--- La Sacoche est triste page 2
--- Aventuriers, cyclos, routiers ... pages 3 à 4
--- Tout ça pour toi, mon Joly pages 5 à 6
--- Jean Richepin et le vélocipède page 7

--- Louis Baudry de Saunier pages 8 à 9
--- Ammonites de Fressac page 10
--- Papillons : la solution page 11
--- La Psycyclette page 12--- pages 12 à 13

 

 

 

-

La Sacoche est triste et orpheline de son rédacteur fondateur Marcel Vaillaud qui dans la nuit funeste du 1er Février 2021 a clos sa dernière rando terrestre.
Luttant vaillamment depuis des années contre cette maladie implacable au nom difficilement prononçable, jusqu’aux derniers jours il ambitionnait de boucler le numéro 100 de La Sacoche revue qui lui tenait à cœur.
Homme de convictions, il militait pour la sécurité des cyclos, n’hésitant pas à écrire aux décideurs locaux ou au plus haut sommet de l’Etat. Ceux qui l’on côtoyé lors des revendications pour la gratuité et du libre passage au Pont du Gard se souviennent de ses positions tranchées. Marcel était un homme éclectique hormis sa passion pour le cyclotourisme il aimait le chant sa voix de basse l’avait fait participer plusieurs années aux Chœurs de France.
Professeur es biologie, passeur infatigable de savoir, il aimait parler des arbres et plantes de garrigues au plus grand nombre.
Photographe amateur éclairé il mettait volontiers pied à terre pour immortaliser un panorama, une bâtisse ou une plante. C’est avec son fond de collection qu’il illustrait la page de couverture de La Sacoche.
D’origine bordelaise, retiré dans la capitale gardoise, il aimait participer aux randonnées FFCT en Cévennes et ses petites routes où il entraînait volontiers ses amis et sa famille.
Inscrit à la Confrérie des 100 cols, il avait fréquenté les plus hauts cols Alpins.
La maladie et l’âge venant, il s’était équipé d’un V.A.E. ce qui lui permit de rouler jusqu’aux derniers jours. Il avait prévu de fêter dignement ses quatre fois vingt ans en début 2020 mais à son grand regret, virus oblige, ce fut annulé.
Epicurien, aimant la convivialité, nous garderons le souvenir d’un travailleur honnête et généreux aux convictions bien arrêtées.

La rédaction.

pour laisser un message : CLIQUEZ ICI

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir